Le fauvisme est le style des Fauves, un groupe d'artistes modernes du début du XXe siècle dont les œuvres mettent l'accent sur les qualités picturales et les couleurs vives plutôt que sur les valeurs représentatives ou réalistes retenues par l'impressionnisme. Bien que le fauvisme en tant que style ait débuté vers 1904 et se soit poursuivi au-delà de 1910, le mouvement en tant que tel n'a duré que quelques années, de 1905 à 1908. Le mouvement est dirigé par André Derain et Henri Matisse.

Les artistes et le style

En plus de Matisse et de Derain, d'autres artistes ont participé à l'exposition, notamment Robert Deborne, Albert Marquet, Charles Camoin, Louis Valtat, Jean Puy, Maurice de Vlaminck, Henri Manguin, Raoul Dufy, etc. Les peintures des Fauves se caractérisaient par des coups de pinceau apparemment sauvages et des couleurs stridentes. Ils présentent également des sujets simplifiés et abstraits. Le fauvisme peut être caractérisé comme une "fusion du post-impressionnisme de Van Gogh, du pointillisme de Seurat et d'autres peintres néo-impressionnistes". L'utilisation de la couleur par Paul Cézanne et Paul Gauguin dans leurs peintures de Tahiti a influencé le travail de Derain à Collioure en 1905. En 1888, Gauguin avait dit à Paul Sérusier : "Quand vous regardez les arbres, comment les voyez-vous ? Ils sont de couleur jaune. Alors, peignez l'ombre avec du jaune ; le fond, plutôt bleu, utilisez de l'outremer pur ; ces feuilles, du rouge ? Mettez du vermillon." Le fauvisme a été comparé à l'expressionnisme, tant par son utilisation de la couleur pure que par son application sans contrainte de la peinture. Certains des premiers artistes d'avant-garde ont collectionné et étudié l'art africain et océanien, ainsi que d'autres formes d'art non occidental et populaire, ce qui a conduit plusieurs Fauves vers le développement du cubisme.

Les origines

Gustave Moreau a été le professeur qui a inspiré le mouvement. Professeur controversé à l'École des Beaux-Arts de Paris, il est reconnu par les critiques comme le leader philosophique du groupe jusqu'à ce que Matisse soit reconnu comme tel en 1904.  C'est l'ouverture d'esprit de Moreau, son originalité et son affirmation du pouvoir expressif de la couleur pure qui ont inspiré ses élèves.  Matisse a dit de lui : "Il ne nous a pas mis sur les bons chemins, mais il nous a ouvert de nouvelles voies. Il nous a fait sortir de notre complaisance." Cette source d'empathie a progressivement disparu après la mort de Moreau en 1898, mais d'autres catalyseurs de leur développement ont été trouvés.

Matisse, un étudiant en art peu familier, rend visite à l'artiste John Russell sur l'île de Belle Île, au large des côtes bretonnes, en 1896. Pendant que Matisse était à Paris, il n'a jamais vu une œuvre impressionniste. Il était si choqué qu'il est parti au bout de dix jours. L'année suivante, il revient comme étudiant de Russell et abandonne sa palette de couleurs terreuses pour des couleurs impressionnistes vives, déclarant plus tard : "Russell m'a expliqué la théorie des couleurs." Russell était ami avec Vincent van Gogh et a donné à Matisse un dessin de Van Gogh.

Maurice de Vlaminck rencontre pour la première fois l'œuvre de Van Gogh lors d'une exposition en 1901. Il déclara peu après qu'il aimait Van Gogh plus que son propre père. Il commença à travailler en pressant la peinture directement sur la toile à partir de la toile. Parallèlement à la découverte de l'art contemporain, l'art français de la pré-Renaissance est apprécié, comme en témoigne une exposition de 1904.  Une autre influence esthétique a été la sculpture africaine, que les pionniers du mouvement ont collectionnée très tôt. 

De nombreuses caractéristiques du style fauve ont été dépeintes pour la première fois dans le tableau Luxe, Calme et Volupté de Matisse, qu'il a peint au cours de l'été 1904.

Salon des Indépendants 1906

En 1905, le Salon d'Automne de Paris marque le début du fauvisme. Le Salon des Indépendants de 1906 marquera la première fois que tous les Fauves exposeront ensemble. La pièce maîtresse de l'exposition était l'œuvre monumentale de Matisse, Le Bonheur de Vivre. Les critiques ont été horrifiés par sa platitude, ses couleurs vives, son style éclectique et sa technique mixte ; c'était l'antithèse de l'art abstrait du XXe siècle. La composition triangulaire des Demoiselles d'Avignon est étroitement liée aux Baigneuses de Paul Cézanne, une série qui a inspiré Les Demoiselles d'Avignon de Picasso.

Le comité d'accrochage, qui comprenait Matisse, Signac et Metzinger, a été élu par le groupe.

Salon d'Automne 1906

En 1906, la troisième exposition collective des Fauves a lieu au Salon d'Automne du 6 octobre au 15 novembre. Metzinger a exposé son portrait fauviste/divisionniste de M. Robert Delaunay, et Robert Delaunay a exposé son tableau L'homme à la tulipe. Matisse expose sa Liseuse, deux natures mortes (Tapis rouge et à la statuette), des fleurs et un paysage.

Le peintre français Paul Cézanne, décédé pendant l'exposition le 22 octobre, était représenté par dix œuvres. Parmi ses œuvres, citons Maison dans les arbres, Portrait de femme et Le Chemin tournant. Les trois œuvres présentées par Van Dongen sont Montmartre, Mademoiselle Léda et Parisienne. André Derain a exposé 8 tableaux à Westminster-Londres, Arbres dans un chemin creux ; 5 tableaux ont été peints à l'Estaque.  Camoin présente cinq œuvres, Dufy sept, Friesz quatre, Manguin six, Marquet huit, Puy dix, Valtat dix, et Vlaminck est représenté par sept œuvres.

Les tableaux et reproductions de peintures de fauvismes